Prévention

La détection de la lèpre au sens strict n’existe pas puisqu’on connaît encore très mal le mode de contamination et d’acquisition de la maladie, vu sa très longue période d’incubation. Un moyen de contrer la maladies réside dans la détection rapide des cas et leur accès rapide au traitement afin d’éliminer la contagion d’autres personnes et les graves handicaps qui sont liés à la maladie.

La prévention passe donc par la sensibilisation de la population dans les zones rurales et urbaines (diffusion des connaissances sur la maladie le plus large possible) et la formation du personnel de santé.

 

Prévention des handicaps

Les personnes affectées par la lèpre, avec des nerfs endommagés, risquent de se blesser en accomplissant leurs activités quotidiennes. Elles sont alors sujettes à des ulcères aggravés. Ce risque peut être réduit avec des soins personnels appropriés. Les personnes atteintes de la lèpre sont formées à des soins de base durant leur séjour au centre de Kien Khleang ou durant les visites de terrain du personnel soignant.

La formation aux soins personnels comprend des exercices physiques, l’apprentissage de gestes simples pour soigner les blessures, effectuer les activités de la vie quotidienne, comme cuisiner ou jardiner de façon sécurisée.

Ces formations comprennent:

  • évaluation physique par un physiothérapeute;
  • instructions et pratiques des exercices de soins personnels liés aux yeux, pieds et mains;
  • pratique dans l’utilisation des outils et des ustensiles qui sont nécessaires dans la vie quotidienne afin d’éviter des blessures;
  • distribution de chaussures et de matériel approprié (gants, lunettes);
  • chaque participant reçoit un livre d’images résumant toutes les informations.

 

Ces activités de formation sont effectuées avec le personnel médical en place au centre de réhabilitation de Kien Khleang.

 

Sensibilitation

La lèpre devient une maladie invalidante lorsque les atteintes neurologiques apparaissent au niveau des yeux, des mains ou des pieds. A son stade initial, le plus souvent une tache insensible de la peau, la maladie ne pose pas de problème particulier, d’où la banalisation des lésions et le retard à venir consulter. Or, c’est à ce stade que le traitement antibiotique est le plus efficace et peut éviter l’apparition des complications. D’où l’importance de faire connaître au plus grand nombre les manifestations précoces de la maladie.

Les attitudes et les pratiques face à la lèpre au Cambodge sont toujours sujets à de nombreux obstacles et tabous :

  • pour beaucoup de personnes, la lèpre est toujours une maladie héréditaire et incurable
  • les discriminations et stigmatisations sont encore trop fréquentes
  • les méconnaissances et faiblesses des services de lutte contre la lèpre restent fortes

Pour venir à bout des ces problèmes, la stratégie suivante est mise en œuvre :

  • diffusion d’un message expliquant clairement qu’il est possible de soigner la lèpre et que le traitement doit être entrepris au plus vite afin d’éviter tout handicap
  • campagnes visuelles (théâtre, télévision et posters) montrant les marques de la lèpre sur la peau pour faciliter une détection précoce
  • campagnes d’information régulières dans les usines textiles, permettant d’attirer l’attention des ouvrières sur tout symptôme inquiétant.

 

Campagnes de sensibilisation dans les usines textiles

Depuis 2005, CIOMAL a développé des campagnes de sensibilisation dans les usines textiles. Deux fois par année, des équipes de CIOMAL, accompagnées par les employés du Ministère des Affaires Sociales et du Programme National d’Elimination de la Lèpre, distribuent des documents et prodiguent des formations dans 12 usines textiles, chaque fois différentes. Ainsi chaque année, près de 30’000 ouvrières les distribuent, à leur tour, dans leurs villages et leurs communes.

En 2017, des campagnes ont été effectuées dans 12 usines textiles, 26’000 flyers et 511 posters ont été distribués. 385 délégués syndicaux et 20 travailleurs de la santé ont été informés sur la maladie. Ces campagnes sont menées à la veille des vacances du nouvel an Khmer en avril et de la fête des morts en octobre, périodes où les ouvrières rentrent dans leur famille et leur village.

Pour connaitre l’impact de ces campagnes, notre équipe a interrogé 250 ouvrières: plus de 97.2% ont réalisé que la lèpre est contagieuse, sont capables de reconnaître les premiers signes, savent que le traitement est gratuit et tous savent où se rendre pour être soigné. Dans les communautés, 50 personnes ont également été interrogées: 62% ont reçu les documents de leurs proches travaillant dans les usines, 90% ont compris que la lèpre est contagieuse, 88% sont capable de reconnaitre les premiers signes, 74% ont appris que le traitement est gratuit, et 98% savent où se rendre pour être soigné.

En 2017, les équipes de CIOMAL ont affiché 676 bannières sur les maisons et 171 posters sur des touktouks dans 12 différentes provinces du pays dans le but de renforcer l’information sur la lèpre dans les campagnes.

Journée mondiale de la lèpre

Le 30 janvier 2009, à l’occasion de la 66e Journée mondiale de la lèpre, la Fondation CIOMAL a organisé une matinée portes ouvertes à Phnom Penh. Deux cents visiteurs ont participé à l’événement, dont des étudiants et des professeurs d’universités, des représentants d’organisations nationales et internationales, ainsi qu’une centaine de personnes atteintes de la lèpre.

Ouvert en 2000 sur l’Ile qui fait face au cœur historique de la capitale du Cambodge, le centre de réhabilitation de la lèpre de Kien Khleang a connu une animation particulière ce jour-là.

Au début de la matinée, des membres de l’équipe CIOMAL et des patients ont mis en scène sur un mode burlesque le premier des messages à faire passer face à la lèpre : la maladie est guérissable et rien ne justifie la stigmatisation de celles et ceux qu’elle frappe. En guise de démonstration, Miss Cambodge et ses dauphines ont défilé au milieu de l’assistance, avant d’échanger longuement avec les personnes atteintes de la lèpre

CIOMAL

CIOMAL Genève

28A, chemin du Petit-Saconnex

1209 Genève, Suisse

Tel. : +41 (0)22 733 22 52